Le rapport entre oralité et écriture

  • Les langues sont faites pour être parlées, l’écriture ne sert que de supplément à la parole; […] Le plus grand usage d’une langue étant donc dans la parole, le plus grand soin des Grammairiens devrait être d’en bien déterminer les modifications; mais au contraire ils ne s’occupent presque uniquement que de l’écriture. Plus l’art d’écrire se perfectionne, plus celui de parler est négligé. (Rousseau, 1761)
  • L’écriture n’est que la représentation de la parole, il est bizarre qu’on donne plus de soins à déterminer l’image que l’objet. (Rousseau, 1761)
  • L’écriture, qui semble devoir fixer la langue, est précisément ce qui l’altère; elle n’en change pas les mots, mais le génie ; elle substitue l’exactitude à l’expression. (Rousseau, 1781)
  • La scrittura offusca la visione della lingua: non la veste, ma la traveste" (Saussure, 1916)
  • Writing is not language, but merely a way of recording language by visible marks (Bloomfield, 1933)
  • Our common sense world is construed in spoken language, it is here that congruent patterns are laid down, setting up a rapport between the semantics and grammar which, once i is there, can be challenged and broken down. spoken language will always have priority, because that is where meaning is created and the categories and relations of experience are laid down" (Halliday)