Curriculum vitae analytique

Prénom et NOM : Claudia Savina BIANCHINI
Qualification au CNU : section 7, obtenue le 31/01/2013
Fonction actuelle : Maitre de Conférences (MCF)
Lieu d’exercice : Université de Poitiers – UFR Lettres et Langues
Responsabilités : Co-responsable de la Licence Sciences du Langage
Laboratoire de rattachement : Formes et Représentations en Linguistique et Littérature (FoReLL - E.A.3816), Poitiers
Lieu et date de naissance : Rome (Italie), 1983
Adresse mail : Questo indirizzo email è protetto dagli spambots. E' necessario abilitare JavaScript per vederlo.

I ‑ Présentation générale

Après une scolarité primaire et secondaire à Rome (Italie) dans une école française dépendante de l’Éducation Nationale, j’ai poursuivi mes études à l’Università degli Studi di Perugia (Pérouse, Italie), pour une Licence de Sciences de l’information et de la communication, suivie d’un Master en Compétences linguistiques et textuelles pour la communication de masse, qui m’a permis d’affiner mes connaissances en linguistique. En activité extra-universitaire j’ai appris la Langue des Signes Italienne (LIS), qui est le domaine de spécialisation choisi pour mon doctorat et qui est encore actuellement mon sujet de recherche.

Je me suis inscrite au doctorat de Sciences du Langage - spécialité Langue des Signes à l’Université de Paris VIII sous la direction de C. Cuxac et – parallèlement ‑ en cotutelle, au doctorat italien de Philologie Romane et Linguistique Générale à l’Université de Perugia sous la direction de M. Castelli. C’est dans le cadre de ce doctorat qu’a démarré ma collaboration avec E. Antinoro Pizzuto (devenue l’un de mes co-directeurs) et son équipe au CNR (équivalent italien du CNRS), dont la particularité est d’être composée majoritairement de personnes sourdes. J’ai ainsi appris à mettre en pratique la devise de ce groupe : « travailler avec les sourds et non sur les sourds ».

Peu avant la conclusion de mon doctorat, soutenu le 18 septembre 2012, j’ai obtenu un poste d'ATER à l’Université de Poitiers dans le cadre de la Licence en Sciences du Langage ‑ Langue des Signes Française (LSF) ; un an plus tard, en septembre 2013, j'ai obtenu un poste de MCF dans le cadre de cette meme licence.

Au cours de ces années, les recherches que j’ai menées se sont focalisées sur la Langue des Signes (LS), surtout sur la LIS et les problèmes liés à la représentation de celle-ci, tant du point de vue de la transcription que du développement d’une forme d’écriture (les LS n’ayant pas une forme d’écriture propre). Au cours de mon doctorat, à travers une étude de terrain qui a duré 5 ans et dont les résultats sont consignés dans ma thèse de doctorat, j’ai exploré le potentiel d’un système de représentation de la LS appelé SignWriting (SW). Actuellement, je continue à m'intéresser aux systèmes de notation et d'annotation des LS avec un regard plus ample sur les systèmes existants.

Les thématiques que j’ai abordées dans mes recherches sont liées à celles de mon expérience d’enseignement qui, comme l’ensemble de mon parcours, s’est déroulée dans mes deux pays. En Italie je suis intervenue dans plusieurs cours et séminaires en traitant de thématiques liées à la représentation et à la linguistique des LS. En France, dans le cadre de mon service d’ATER et de MCF dans la licence « Sciences du Langage - LSF » de l’Université de Poitiers, j’ai assuré des cours de Langue et culture sourde, d’application pratique de la linguistique en lien avec la LS et de représentation des langues orales et signées, ainsi que des cours de linguistique non-orientés à la LS. J’ai aussi assuré ponctuellement des cours sur la représentation des LS à travers SW (à Paris VIII), et j’ai participé à de nombreux événements de divulgation scientifique.

 


II – Formation

Après mon baccalauréat dans une école française de Rome, j’ai préparé une licence de Sciences de la communication et un Master en Communication multimédias à l’Université de Perugia. J’ai ensuite poursuivi avec un doctorat en Sciences du langage, spécialité Langue des Signes, à l’Université de Paris VIII, en cotutelle avec le doctorat en Filologie romane et linguistique générale de l’Université de Perugia. J’ai soutenu ma thèse le 18 septembre 2012, en obtenant à l’unanimité les félicitations du jury.

‑ 2001, juin : Diplôme du Baccalauréat général (Scientifique) 2001 (option Biologie) : mention "Assez bien" (13,25/20) (avec équivalence du `Diploma di Maturità Scientifica´ italien ; note : 94/100).
[bourses d'étude pour mérite au collège et au lycée]

‑ 2004, 11 novembre : Laurea triennale (équiv. Licence3) en Sciences de la communication – Università degli Studi di Perugia (Pérouse, Italie), avec 104/110
Mémoire en Théories et techniques des nouveaux médias (directeur P. Pensosi)
[bourses d'étude pour mérite ; réductions des taxes universitaires pour mérite]

‑ 2006, 13 novembre : Laurea specialistica (équiv. Master2) en Communication multimédias (spécialisation en Compétences linguistiques et textuelles pour la communication) – Università degli Studi di Perugia (Pérouse, Italie), 110/110 et félicitations du jury
Mémoire expérimental en Linguistique cognitive (directeur M. Castelli)
[bourses d'étude pour mérite]

‑ 2012, 18 septembre : Docteur en Sciences du langage – Université de Paris VIII (directeurs C. Cuxac et D. Boutet) ; mention très honorable avec félicitations du jury
Docteur en "Filologia romanza e linguistica generale" – Università degli Studi di Perugia [en cotutelle] (directeurs M. Castelli et E. Antinoro Pizzuto†)
Titre de la thèse : Analyse métalinguistique de l’émergence d’un système d’écriture des Langues des Signes : SignWriting et son application à la Langue des Signes Italienne (LIS)
Composition du Jury : B. Garcia (présidente), C. Cuxac (directeur français), M. Castelli (directeur italien), D. Boutet (co-directeur français), A. Perri (rapporteur), A. Di Renzo (expert sourd)

‑ 2013, 31 janvier : Qualification pour le poste de Maître de Conférence, section 7 du CNU.
Numéro de qualification : 13207246670 (valable jusqu’au 31/12/2017)

J’ai également suivi des cours de LIS, arrivant ainsi au 3ème niveau de LIS reconnu par l’ENS (l’Association Nationale des Sourds d’Italie), menant au niveau B2 du CECR (transformé en niveau C1 pendant mon doctorat).

‑ 2009, 21 décembre : Diplôme de IIIe niveau de la LIS, auprès de l’ISSR (Institut d’état pour les sourds) de Rome. Note : Bien (distinto)
Diplômes précédents : auprès de l’Ente Nazionale Sordi (2005 : Ier niveau ; 2006 : IIe niveau)

Enfin, j’ai suivi des formations en linguistique :

‑ 2009, 01‑05 septembre : Cours de réactualisation des connaissances en linguistique, organisé par la SIG (Société italienne de glottologie), San Daniele del Friuli (Udine, Italie)

‑ 2011, 10‑16 septembre : Cours CNRS "Annotation de données langagières", Biarritz

‑ 2012, 10‑11 décembre : Formation IRCOM "Constitution, traitement et analyse de corpus multimodaux", Paris

 


III ‑ Activités en matière de recherche

Avant d’entamer le doctorat, j’ai participé, en collaboration avec le sémiologue A. Perri (Università di Napoli St O. Benincasa) et le professeur d’anthropologie V. Padiglione (Università di Roma I), à la réalisation d’une installation au sein du « Musée des écritures » de Bassiano (Latium, Italie). Il s’agissait d’une activité didactique s’adressant surtout à un public d’enfants, qui avait pour but de montrer que la LS n’est pas une simple transposition gestuelle de l’italien.

‑ 2007 : expertise linguistique sur la LIS pour la réalisation d'un logiciel explicatif de la LIS, utilisé au "Musée des écritures" de Bassiano (Latina, Italie)

Dans le cadre de mon rattachement au LLS‑ISTC‑CNR et à l’UMR7023-SFL j’ai participé à la consolidation des relations entre les deux laboratoires, nouées dans le cadre de projets divers, parmi lesquels deux Projets biennaux CNR/CNRS (2004-2006 et 2006-2008) « Language, its formal properties and cognition : what can be learned from signed languages » coordonné par E. Antinoro Pizzuto et C. Cuxac. En particulier, j’ai participé aux recherches concernant la représentation des LS, dont les principaux résultats sont exposés dans ma thèse et que je reprends ici de façon synthétique.

Pendant ma thèse, j’ai analysé l’utilisation du système de représentation appelé SignWriting (SW - inventé par V. Sutton en 1974 et actuellement utilisé par une partie de la communauté sourde mondiale comme système d’écriture et de transcription des LS) au sein d’un groupe de sourds experts de LS travaillant au LLS‑ISTC‑CNR, qui sont compétents en linguistique de la LS et dans les problématiques liées à la représentation graphique de celle-ci. J’ai donc recueilli leurs réflexions épilinguistiques et métalinguistiques, suscitées lors de la production et l’analyse de textes en SW ‑ produits tant en modalité face-à‑face (LS‑FàF) et puis transcrits, que directement en modalité écrite (LS‑Écrite). Cette démarche a mené à la constitution et à l’analyse de deux corpus : le premier constitué de textes en LS‑FàF et en LS‑Écrite ; le deuxième de vidéos des réunions internes, d’où sont issues les réflexions métalinguistiques sur la LS et SW suscitées par l’analyse du premier corpus.

Une grande partie de ce travail a eu pour objectif d’analyser les caractéristiques du système, afin de comprendre pourquoi il est étonnamment facile à apprendre et à utiliser dans la pratique, en dépit du nombre très élevé (≈ 35 000) de symboles (appelés « glyphes ») qui le composent. Cette étude sur la facilité d’apprentissage et d’utilisation du système m’a amenée à mettre également en évidence les difficultés récurrentes rencontrées par les utilisateurs experts de SW (imputables à des facteurs humains et aux caractéristiques du système lui-même). Cette étude de terrain a montré que, malgré ces difficultés, SW reste le seul système disponible permettant d’écrire (et non seulement de transcrire) la LS.

L’analyse des caractéristiques de SW et de ses modalités pratiques d’emploi m’a amené à réorganiser de façon radicale la classification des glyphes au sein du système, en déterminant une série de règles explicites d’utilisation. Ce remaniement m’a conduite à constituer un nouveau manuel de SW (différent de celui publié avec mes collègues, cf. liste des publications) qui devrait faciliter l’approche et l’apprentissage du système. En effet le nombre très élevé de glyphes a souvent un effet démotivant sur les futurs apprenants de SW. Actuellement, j’utilise ce manuel (non encore publié) dans les cours de SW que je dispense à l’Université de Poitiers, et les retours des étudiants me semblent prometteurs.

Suite à la réorganisation de SW, je me suis intéressée à l’informatisation du système, ce qui a entraîné une collaboration avec l’informaticien F. Borgia[1] (dont j’ai co-dirigé le mémoire de Master2). Ensemble, nous avons élaboré SWift, un logiciel basé sur ma reclassification des glyphes, mais aussi sur les attentes des sourds experts de SW du LLS. Nous avons ainsi réalisé un logiciel « deaf‑centered » basé sur une interface « deaf‑friendly », c’est-à-dire que toutes les étapes de la réalisation du logiciel et de l’interface ont été concertées avec des sourds pour obtenir un produit qui réponde à leurs besoins. Suite à la réalisation de SWift, nous avons élaboré un protocole d’évaluation du logiciel en adaptant le « think‑aloud protocol » à un public sourd. Actuellement, nous continuons notre collaboration pour le développement de OGR, un système de reconnaissance de caractères permettant de numériser automatiquement des textes écrits à la main en SW.

‑ 2007‑2012 : recherches liées à la réalisation de ma thèse de doctorat

‑ 2007‑2012 : rattachement au laboratoire « Structures formelles du langage » (UMR7023-SFL) de Paris

‑ 2007‑2012 : participation aux activités du LLS/ISTC-CNR (Sign Language Laboratory) de Rome

‑ 2007‑à ce jour : présentation de communications et rédaction d’articles concernant la LS
1 manuel ; 12 chapitres d’ouvrages ou actes de colloques ; 19 communications à des congrès nationaux et internationaux (LREC, SHESL, AFLiCo, CerLiCo, CILS, SLI, AItLA…) ; divers séminaires et cours de formations (cf. liste complète dans la section des publications)

Dans le cadre de mon travail au LLS j’ai participé au projet FIRB (l’équivalent d’un projet ANR)« VISEL : e‑learning vision writing language: a bridge of letters and signs towards a knowledge society » (2009-2012), dont le LLS était l’unité coordinatrice. Ce projet visait le développement d’une plate‑forme d’apprentissage à distance pour l’amélioration de l’italien écrit chez un public sourd, signeur ou oraliste (les deux typologies ayant de forts problèmes liés à l’écrit) : il s’agissait entre autres de créer des outils permettant de mieux comprendre la différence entre oralité et écriture chez les locuteurs de LIS (ces LS n’ayant pas de forme d’écriture), et de montrer l’importance d’un travail centré sur les sourds (« deaf-centered »). Mon travail de thèse a donc contribué à démontrer la valeur de SW comme instrument pour le développement, chez les sourds signeurs, de réflexions sur les différentes modalités expressives. De plus, l’informatisation du système en collaboration avec F. Borgia a permis une meilleure intégration du système à la plate‑forme. Ma thèse, le logiciel SWift et le protocole de validation sont comptés parmi les résultats du projet FIRB.

‑ 2009‑2012 : participation au sein du LLS/ISTC-CNR au projet « VISEL: e‑learning vision writing language : a bridge of letters and signs towards a knowledge society » (2009-2012)

En dehors des buts spécifiques de ma thèse, j’ai participé à une campagne de transcription informatisée en SW de signes extraits de dictionnaires de LIS et de LSF, dans le cadre du projet conjoint LLS/ISSR (Institut d’état pour les sourds de Rome) « P21 ‑ LIS e SignWriting ». La participation à ce travail était liée au projet initial de ma thèse qui consistait à comparer les signes présents dans les dictionnaires de LIS et de LSF et la gestualité emblématique de la culture italienne et française. L’abandon de ce premier projet de thèse a été motivé par la découverte, au fur et à mesure de son avancée, de la richesse des réflexions suscitées chez les membres du LLS par l’utilisation de SW, réflexions qui se faisaient sous nos yeux mais que personne n’avait encore recueillies de façon systématique. Ce changement de cap m’a toutefois permis d’ajouter à mon bagage de connaissances des éléments relatifs à la gestualité entendante et à la réalisation des dictionnaires en LS.

‑ 2009 : contrat de collaboration pour la transcription en SW de Signes de la LIS, dans le cadre d’une action conjointe de l’ISTC‑CNR et de l’Istituto Statale Sordi di Roma (ISSR)

À côté de mes activités de recherche, j’ai aussi suivi de nombreux cours de formation, qui sont présentés ci-dessus dans le §II et le §VII. J’ai aussi participé au groupe d’étude « Représentations », organisé par I. Chiari et F. Albano Leoni à Rome, visant à favoriser les échanges entre linguistes s’intéressant aux problèmes liés à la représentation des langues vocales et signées.

Depuis octobre 2012, je suis rattachée au laboratoire FoReLL de Poitiers.

‑ 2011-2012 : participation au groupe d’étude « Représentations » organisé par I. Chiari et F. Albano Leoni à Rome

‑ 2012, octobre ‑ à ce jour : rattachement au laboratoire « Formes et Représentations en Linguistique et Littérature » (FoReLL ‑ E.A.3816) de Poitiers

Depuis septembre 2013, je participe au projet Typannot en collaboration avec l'Ecole Supérieure d'Art et Design d'Amiens, dont le but est le développement d'un système graphique pour l'annotation des LS. L'équipe est formée de linguistes, designers experts de systèmes d'écriture et ingénieurs.

‑ 2013, septembre ‑ à ce jour : participation au projet Typannot en collaboration avec l'Ecole Supérieure d'Art et Design d'Amiens

 


IV ‑ Activités en matière d'enseignement et de divulgation

Mes activités d’enseignement se sont déroulées en Italie et en France, selon des modalités différentes puisqu’en Italie un doctorant ne peut être responsable d’un cours semestriel et, de plus, il existe très peu d’universités offrant un cursus spécifique aux LS. On trouvera dans la liste des publications une description des cours et des séminaires à mon actif.

A ‑ Activités en France

De 2010 à 2012 j’ai été invitée 3 fois (pour un total de 9h) à présenter SW et le travail du LLS‑ISTC‑CNR dans le cadre des séminaires de B. Garcia à l’Université de Paris VIII et je suis intervenue une fois au séminaire « Surdité et langue des Signes » de l’EHESS de Paris.

‑ 2010-2012 : 3 interventions aux séminaires de B. Garcia “Les langues des signes au regard de l’écriture” (Univ. Paris VIII)
« SignWriting et son application à la Langue des Signes Italienne » (21/12/2012) ; « Usage et potentiels du système SignWriting » (27/01/2012) ; « Écrire et transcrire les Langues des Signes avec SignWriting » (24/11/2010)

2011 : intervention au séminaire « Surdité et Langue des Signes » à l’EHESS de Paris (07/02/2011)

De septembre 2012 à Aout 2013, j'ai été ATER à l’Université de Poitiers, dans le cadre de la Licence en Sciences du Langage – Langue des Signes Française.

‑ 2012, septembre ‑ 2013, septembre : attachée temporaire d’enseignement et de recherche (ATER) – Université de Poitiers, Licence en Sciences du Langage / Langue des Signes Française.

Les cours que j’ai assurés à Poitiers depuis 2012 (ou que j'assurerais du moins jusqu'en 2015) sont résumés dans le tableau suivant.

Formation

Intitulé

années

L1 LSF + ORTHO

Langue des Signes Française - théorie I (12h)

'12/'13/'14

L1 LSF + ORTHO

Langue des Signes Française - théorie II (12h)

'12/'13/'14

L1 LSF + L1 SDL

A quoi sert la linguistique ? : analyse des médias (24h)

'12/'13/'14

L1 LSF + L1 SDL

A quoi sert la linguistique ? : usage des langues (24h)

..../'13/'14

L2 LSF

Langue des Signes Française - théorie III (12h)

'12/'13/'14

L2 LSF

Langue des Signes Française - théorie IV (12h)

'12/'13/....

L2 LSF + L2 SDL + ORTHO

Système d'écriture et notation des langues – orales et signées (24h)

'12/'13/'14

L2 LSF + L2 SDL

Linguistique appliquée (24h)

..../..../'14

L2 LSF + L2 SDL

Diversité des langues – orales et signées (24h)

..../..../'14

L3 LSF + L3 SDL

Élaboration du Projet Tuteuré (12h + ref)

..../'13/....

L3 LSF

Langue des Signes Française - théorie V (24h)

'12/..../....

L3 LSF + L3 SDL

Stage (ref)

..../'13/'14

J'ai jouis dans ce cadre d’une grande liberté pour la préparation et l’enrichissement de mes séquences de cours, ce qui m’a permis de développer mes capacités d’autonomie et d’organisation ; toutefois, j’ai aussi appris à demander conseil au besoin à mes collègues plus expérimentés, afin d’améliorer la qualité de mon enseignement. J’ai instauré de bons rapports avec mes étudiants, auprès desquels je me suis toujours montrée fort disponible mais aussi exigeante.

Mes moindres compétences en LSF qu’en LIS (écart que je commence à combler), loin de représenter un inconvénient, m’ont donné l’occasion d’illustrer à mes étudiants la différence entre ces deux langues, et de leur montrer qu’il est possible d’appliquer certains modèles explicatifs (comme le Modèle sémiologique) non seulement à la LSF mais aussi à d’autres LS. En outre, dans le cours de culture sourde, mon expérience en Italie (où la LS n’est pas reconnue comme langue d’éducation) a sensibilisé les étudiants à l’importance de la défense de la LS.

2013, septembre - à ce jour : Maitre de Conférence (MCF) – Université de Poitiers, Licence en Sciences du Langage / Langue des Signes Française

B ‑ Activités en Italie

En 2007 j’ai été éducatrice pour enfants sourds. Pour les détails cf. §VI de cette section.

‑ 2007 : éducatrice avec rôle d'assistant à la communication en LIS pour mineurs sourds (Pérouse, Italie)

En 2007, 2009 et 2010, j’ai été invitée à présenter mes travaux aux « Séminaires du jeudi de l’ISTC‑CNR », séminaires mensuels confrontant des recherches récentes sur différents aspects de la surdité (linguistique, éducation, médecine…) dans le but de les divulguer à un vaste public composé surtout de sourds, de parents de sourds et de professionnels de la surdité non spécialisés dans les domaines traités.

‑ 2007 / 2009 / 2010 : intervention aux « Séminaires du jeudi » de l’ISTC-CNR

En 2010, à Rome, j’ai assuré un cours pratique de SW (6h) pour les étudiants du Master privé en Interprétation de la LIS organisé par l’Ente Nazionale Sordi (ENS – c’est‑à‑dire l’Association italienne des sourds) et un autre (4h) pour les étudiants de 3ème année du cours de LIS de l’association SILIS de Rome.

En 2011, j’ai fait partie de l’équipe d’enseignants de l’atelier « Lingua dei Segni Italiana (LIS) e sistema di scrittura : idee e metodi di ricerca » (Rome, 11-13/11/2011) organisée par l’ISTC‑CNR et l’Association SILIS pour enseigner SW à un groupe de sourds et d’entendants signeurs. Plus particulièrement, j’ai suivi les étudiants dans la partie pratique de l’atelier.

2010 : intervention dans le cadre de la formation pour Interprète de la LIS (Rome, 12/03/2010)

‑ 2011 : tutorat dans le cadre de l’atelier de SW organisé par SILIS et ISTC-CNR (Rome, 11‑13/11/2011)

‑ 2011 : intervention dans le cadre du cours de LIS IIIe niveau (Rome, 07/12/2010)

En 2011, j’ai été invitée par E. Mignosi à enseigner (pendant 12h) aux Séminaires pour masters et doctorants en philosophie du langage et à présenter les recherches de l’ISTC‑CNR sur SW à l’Université de Palerme (Italie). Le cours était en collaboration avec la Fondation Nationale Fazio‑Allmayer et le Master privé en « Assistance à la communication pour sujets sourds dans les processus éducatifs et formatifs ». En 2011 la Fondation Fazio‑Allmayer m’a réinvitée pour une initiation de 12 heures sur les modèles linguistiques applicables aux LS, destinée aux étudiants du Master2.

‑ 2010 : intervention dans le cadre du Séminaire FIERI pour doctorants et masters (Univ. Palerme, 18-19/11/2010)

‑ 2011 : intervention dans le cadre du Master pour Assistants à la communication (Palerme, 02/04/2011)

En 2010 j’ai co‑dirigé le mémoire de Master2 en Informatique de F. Borgia, avec qui j’avais collaboré au développement de SWift, l’éditeur de textes en SW basé sur mes analyses de SW.

‑ 2010 : co-direction du mémoire de Master2 de F. Borgia, étudiant à la Faculté d’Informatique de l’Univ. de Roma I.

Titre du mémoire : « SWift: Sign Writing improved fast transcriber »

 


V ‑ Activités en matière d'administration et autres responsabilités collectives

A ‑ Participation à la conception ou à la réalisation de projets

En 2009, j’ai participé, avec B. Garcia (de l’UMR7023) et E. Antinoro Pizzuto, à la rédaction d’un projet international Galilée[2] intitulé « Langue des Signes, langues vocales, gestes coverbaux : modèles et représentations ». Le but du projet, qui n’a pas été financé, était de clarifier et de décrire les caractéristiques typologiques qui différencient les LS des langues vocales à travers une comparaison de différentes LS et de celles‑ci avec la gestualité entendante, ainsi que d’essayer de résoudre les problèmes théoriques et méthodologiques liés à la notation des LS.

‑ 2009 : rédactiond’un projet franco-italien Galilée

De 2009 à 2012, je me suis occupée entièrement de la création et de la gestion du site internet du projet FIRB « VISEL ». Le site permet l’échange de matériel entre les 5 unités de recherche concernées par le projet mais aussi avec le public susceptible d’être intéressé par la plate-forme d’e‑learning qui a été mise en place.

‑ 2009-2012 : création et gestion du site internet du projet FIRB-VISEL

B ‑ Organisation de Colloques et Journées d’étude

En 2010 et 2012, j’ai participé à l’organisation de la Journée des doctorants de l’UMR7023‑SFL. Dans les deux cas, j’ai eu des responsabilités concernant la gestion des soumissions, ce qui prévoit des relations suivies avec les intervenants et avec les professeurs et enseignants-chercheurs membres du comité de lecture. La première Journée fut annulée quelques semaines avant sa réalisation à cause d’un mouvement de grève persistant au sein de l’Université et du laboratoire ; en revanche, la Journée de 2012 a vu la participation d’une dizaine d’intervenants et d’un public assez nourri d’enseignants, d’étudiants et de doctorants.

‑ 2010 et 2012 : membre du comité d’organisation de la Journée des doctorants de l’UMR7023-SFL

En 2011, j’ai participé, en collaboration avec l’ISTC‑CNR et l’association SILIS de Rome, à l’organisation didactique du Workshop "Lingua dei Segni Italiana (LIS) e sistema di scrittura : idee e metodi di ricerca" (Rome, 11‑13/11/2011), ayant pour but la divulgation du système SW auprès d’un groupe composé de sourds et d’entendants maîtrisant la LS.

‑ 2009-2012 : membre du comité didactique du Workshop "LIS et sistema di scrittura" du ISTC-CNR

Actuellement, je participe, en collaboration avec le groupe "Multimodalité et modalité gestuo-visuelle" du consortium "Corpus oraux et multimodaux" (IRCOM), à l’organisation de deux ateliers "Notation, annotation et analyse de corpus multimodaux avec CLAN" (17-18/11/2014 à Poitiers) et "Notation, annotation et analyse de corpus multimodaux avec ELAN" (19-20/11/2014 à Poitiers), ayant pour but d'enseigner l'utilisation de CLAN et ELAN.

‑ 2014 : membre du comité d'organisation de l'atelier "Notation, annotation et analyse de corpus multimodaux avec CLAN" (17-18/11/2014 à Poitiers) de l'IRCOM

‑ 2014 : membre du comité d'organisation de l'atelier "Notation, annotation et analyse de corpus multimodaux avec ELAN" (19-20/11/2014 à Poitiers) de l'IRCOM

 

C – Autres activités

Au sein de la communauté sourde je me suis investie en faveur du mouvement « LIS-Subito » (www.lissubito.it) en faveur d’une reconnaissance immédiate de la LIS ; de plus, je gère depuis 2007 un groupe électronique d’environ 2700 personnes (sourds et entendants) intéressées à plusieurs titres par la LIS. Une description plus détaillée de ces activités est présentée dans le paragraphe suivant.

 


VI ‑ Reconnaissances et prix

En 2013, j'ai reçu le prix de thèse de l'Institut fédératif de recherche sur les aides techniques pour personnes handicapées (IFRATH) sur l’avancement des recherches en sciences et technologies se rapportant aux différents handicaps physiques, sensoriels et cognitifs.
Plus d'informations: ici

En 2013, j'ai été lauréate, avec F. Borgia, du prix "Globo Tricolore" pour les besoins éducatifs spéciaux, avec nos logiciels SWift et OGR.
Plus d'informations: ici

‑ 2013 : prix IFRATH pour la meilleur thèse

‑ 2013 : prix "Globo tricolore" pour les logiciels SWift et OGR

 


VII ‑ Expériences au contact de la communauté sourde

Au cours de ma formation, j’ai suivi des cours de LIS en Italie, à Pérouse (2 ans) et Rome (1 an). Ces expériences m’ont servi non seulement à apprendre la langue, mais aussi à instaurer des liens avec la communauté sourde locale.

‑ 2005, 2006 et 2009 : étudiante dans des cours de LIS à Pérouse et à Rome

À Pérouse j’ai participé à de nombreuses activités « ludiques » (rencontres, réunions, etc.) organisées par les sourds de la ville et des alentours, ce qui m’a permis de connaître la communauté et de pratiqué la LIS en dehors des heures de cours. Après ma 2ème année de cours de LIS (en 2007), j’ai travaillé au sein de la coopérative ASAD, en qualité d’assistante à la communication en LIS, tant en milieu scolaire que domiciliaire, à raison de 14 heures par semaine pendant une année scolaire. J’avais la charge d’un enfant et d’un adolescent : le premier, âgé de 10 ans, était atteint d’une maladie génétique qui comportait une mobilité réduite (pour dégénérescence musculaire), un fort retard mental et une incapacité à s’exprimer vocalement (il était donc « muet » mais non sourd) ; le deuxième, âgé de 16 ans, était lui aussi atteint d’une maladie génétique qui comportait surdité et fort retard mental. Dans les deux cas je me suis occupée de faciliter la communication avec leur entourage et de développer (dans la limite de leurs possibilités) la capacité à s’exprimer en LIS, mais aussi de leur apprendre un minimum d’indépendance (utilisation de l’argent, comportement sur la route ou avec les inconnus, etc.).

‑ 2007 : éducatrice pour enfants sourds près de Pérouse

À Rome, mon lien avec la communauté a été lié à mes activités de recherche : j’ai collaboré étroitement avec le groupe de travail de E. Antinoro Pizzuto† (co-directrice de ma thèse) dont la caractéristique principale est que les entendants y sont en très nette minorité (6 sourds et 3 entendants) et que la LS est la seule langue de travail utilisée au sein du groupe. J’ai donc appris à interagir avec les sourds, dans le cadre de relations aussi bien humaines que professionnelles. En dehors des membres du groupe de travail, j’ai aussi créé des liens avec les sourds de Rome qui fréquentent l’ISSR (l’Institut d’état pour les sourds de Rome) ainsi qu’avec des interprètes et des assistants à la communication scolaire pour enfants sourds.

‑ 2007‑2012 : recherches menées dans le laboratoire LLS de Rome (majorité de sourds et LIS comme langue de travail)

En 2010, suite aux mouvements « LIS‑Subito » (« LIS‑Immédiatement ») pour la reconnaissance de la LS en Italie (où la LS n’est pas légalement reconnue comme langue à part entière), je me suis investie dans la divulgation des revendications des sourds d’Italie auprès de la communauté des chercheurs et des sourds francophones, dans le but de participer à l’organisation d’un mouvement de soutien international (un aperçu des résultats est visible sur le site du mouvement www.lissubito.it).

‑ 2007 : divulgation en faveur du mouvement LIS-Subito

Depuis 2007, je gère en outre sur un réseau social[3] un groupe d’environ 6750 personnes intéressées à divers titres par la LIS : sourds, enseignants sourds, parents d’enfants sourds, enseignants entendants spécialisés, chercheurs dans différents domaines liés à la surdité, médecins ou simples curieux, ne provenant pas exclusivement d’Italie. À travers les mécanismes propres aux réseaux sociaux, je cherche à fournir une information correcte sur la surdité et la LIS, en réorientant les différentes demandes vers les participants du groupe plus experts dans tel ou tel domaine. Ce « travail » me permet de créer des liens avec la communauté des locuteurs de LIS (sourds et entendants) mais aussi de rester informée sur presque tout ce qui se passe au « pays des sourds » italiens.

‑ 2007‑à ce jour : gestion d’un groupe sur la surdité et la LIS sur un réseau social

Depuis septembre 2012, je réside de manière stable en France, à Poitiers, où je participe à des événements de la communauté sourde locale (conférences, séminaires, rencontres et spectacles organisés par les associations). De plus, à travers mon travail dans l’Université, je suis rentrée en contact avec des interprètes de LSF. Même si je maîtrise bien la LIS et que je communique de manière satisfaisante en LSF, je compte m’inscrire dés que possible aux cours de LSF d’une des associations présente sur le territoire, à la fois pour améliorer mes compétences dans cette langue et pour étendre le réseau de mes contacts avec la communauté sourde locale.

‑ 2012‑à ce jour : contacts avec la communauté sourde de Poitiers

 


VIII ‑ Langues parlées, connaissances informatiques, autres renseignements

A ‑ Compétences linguistiques

Étant italo-française de naissance, mes études ont presque toujours été caractérisées par la cohabitation de l’Italien et du Français, depuis la scolarité à l’école française de Rome jusqu’au doctorat en cotutelle entre l’Italie et la France. Je n’ai donc pas seulement deux nationalités, mais aussi deux langues et deux cultures.

‑ Langues maternelles : Italien et Français

‑ Autres langues vocales : Anglais (CECR C1) ; Espagnol (CECR B2)

‑ Langues des signes : LIS (CECR C1), LSF (CECR B1)
NB : représentation des LS en Notation de Stokoe (connaissance de base) et en SignWriting (excellent niveau)

Comme souligné dans la section sur les relations avec la communauté sourde, je compte améliorer mes compétences en LSF pour les rendre au moins équivalentes à mon niveau en LIS.

B ‑ Compétences informatiques spécifiques à la recherche en Linguistique

Les logiciels spécifiques à la recherche en Linguistique que je maîtrise sont :

‑ Annotation linguistique : ELAN, ANVIL

‑ Édition et traitement de données en SW : SignPuddle, SWift, SignManager

‑ Gestion d’audio-visuel : Adobe Première, Avidemux, Subtitle Workshop, Virtual Dub

‑ Réalisation de sites internet : Joomla (CMS), J!Research, Filezilla, cPanel

‑ Autres : logiciel de gestion Tobii EyeTracker

En général, j’estime avoir une bonne aptitude pour l’apprentissage de nouveaux logiciels, au moyen de didacticiels ou d’une formation initiale, et pour la recherche de solutions en ligne en cas de problème.

La liste ci‑dessus n’inclut que des éléments spécifiques à la recherche en linguistique, la maîtrise des logiciels « de base » étant implicite (paquets Microsoft Office ou OpenOffice, Adobe Reader, Photoshop, Explorer ou Firefox ou Chrome, Google, Skype ou ooVoo, etc.).

1 ‑ Activités connexes

‑ Création et administration du site internet du Projet FIRB-VISEL (http://www.visel.cnr.it)

‑ Administrateur des groupes (sur réseau social) “LIS / Lingua dei Segni Italiana” et “Università degli Studi di Perugia UniPG” (2720 et 2363 adhérents respectivement au 20/03/2013).

2 ‑ Cours fréquentés

‑ Informatique générale (Università degli Studi di Perugia)

‑ Cours d’Informatique (Université de Paris VIII)

‑ Formation à ELAN niveau 1-2-3 (UMR7023‑SFL)

‑ Formation à ANVIL niveau 1 (UMR7023‑SFL)

‑ Formation à Tobii EyeTracker (ISTC‑CNR et SRLabs)

C ‑ Activités et intérêts

‑ Intérêts : voyages (43 pays visités dans 4 continents), cuisine/pâtisserie, lecture, cinéma

‑ Sports : moto, ski, plongée sous-marine

Lorsque j'étais à l'université, j'ai travaillé comme traductrice de l'italien au français et vice-versa pour divers clients du secteur privé et j'ai donné des cours particuliers de français langue étrangère et de mathématiques à différents niveaux.



[1] Doctorant en cotutelle de l’Université « Sapienza » de Rome et de l’Université de Toulouse « Paul Sabatier »

[2] Galilée est le Partenariat Hubert Curien (PHC) franco‑italien. Il est mis en œuvre, en Italie, par l’Università Italo‑Francese (UIF) pour le compte du Ministère de l’Instruction, de l’université et de la recherche (MIUR) et, en France, par les Ministères des Affaires étrangères (MAE) et de l'Enseignement supérieur et de la recherche (MESR).

[3] https://www.facebook.com/groups/13897000303